Encore un scandale XXL.. La VAR a-t-elle été sabotée en Algérie ?

Décidément, le football africain n’arrive pas à se débarrasser de certaines mauvaises pratiques qui continuent de ternir son image.



A cet égard, le weekend dernier a été marqué par des scandales à la pelle, dont notamment le penalty gag accordé à Al Ahly d’Egypte face au Raja du Maroc, en match comptant pour la première manche du quart de finale de la Ligue des champions.

En dépit de la présence de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), l’arbitre congolais Jean-Jacques Ndala a été piégé par les arbitres de la chambre de la VAR qui lui ont proposé un ongle trompeur. 

Un autre scandale, non moins honteux, est passé sous silence dans le stade 05 juillet, à l’occasion du match qui a opposé l’Entente de Sétif à l’Espérance de Tunis.

En effet, l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) a été absente en raison de certaines complications administratives et douanières dans les frontières terrestres entre la Tunisie et l’Algérie.

Bloqué par les algériens, le bus de la VAR est arrivé à quelques minutes seulement du coup d’envoi du match et fut logiquement hors services.

Cette absence de la VAR a influé sur le score du match, dans la mesure où l’Espérance de Tunis a été privée de deux penaltys qui n’ont pas été sifflés par l’arbitre sud-africain Victor Gomez.

Cet acte semble prémédité, surtout quand on voit que le réalisateur du match a tenu à ne pas faire de ralentis sur les actions litigeuses qui pourraient profiter au club tunisien.