« Human Rights Watch » choqué par le « racisme » d’Infantino envers l’Afrique

L’organisation non gouvernementale internationale (Human Rights Watch) a critiqué l’italo-suisse Gianni Infantino, le président de la Fédération internationale de football association (FIFA) après ses récentes déclarations jugées « racistes ».



Présent dans l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), le patron du football mondial, a fait un rapprochement inexplicable entre son projet de Coupe du monde tous les deux ans et la tragédie des migrants en Méditerranée.

« Nous devons trouver des moyens d’inclure le monde entier, de donner de l’espoir aux Africains afin qu’ils n’aient pas besoin de traverser la Méditerranée pour trouver peut-être une vie meilleure, mais plus probablement la mort dans la mer. Nous devons donner des opportunités, et nous devons donner de la dignité, non pas en faisant la charité, mais en permettant au reste du monde de participer » a-t-il lancé pour expliquer les bienfaits de son projet d’un mondial biennal.

Les propos de Gianni Infantino ont déplu à Human Rights Watch qui a trouvé ce rapprochement inopportun.

À  cet égard, Andrew Stroehlein, en charge des médias au sein de cette ONG, a ironisé en déclarant ceci : « Mes collègues d’Human Rights Watch interviewent des réfugiés partout dans le monde à peu près chaque jour. Nous écrivons des rapports sur les raisons (…) qui les contraignent à quitter leurs foyers. Ils ne mentionnent jamais le calendrier de la Coupe du monde« .

Cette sortie médiatique ratée de Gianni Infantino confirme encore une fois son manque de considération envers le continent africain.