L’Afrique doit-elle se révolter contre l’injustice de la FIFA ?

Le football africain continue d’être sous-estimé par la Fédération internationale de football association (FIFA).



En effet, 5 sélections seulement sur 54 décrocheront le fameux sésame qualificatif à la prochaine édition de la Coupe du Qatar 2022.

Récemment, Patrice Beaumelle, le sélectionneur des « éléphants », est allé plus loin en parlant d’injustice envers le continent africain  » Pour moi, c’est une injustice vis-à-vis de l’Afrique. Ça me tue parce qu’on va laisser des champions à la maison, des joueurs qui font le bonheur de l’UEFA dans les championnats d’Europe. On prive chaque fois trois à quatre grandes nations d’une Coupe du monde et ça, ça me fait mal. Je ne dénigre pas les autres continents, je pense qu’on tue le football africain. Ce n’est pas normal que dans chaque poule du Mondial, qu’on n’ait pas au moins une équipe africaine. Cinq pays seulement pour l’Afrique, c’est honteux. »


Les performances de la Tunisie en 1978, de l’Algérie en 1982,  du Maroc en 1986, du Cameroun en 1990, du Nigéria en 1994, du Sénégal en 2002 et du Ghana en 2010 n’ont pas poussé la Fédération internationale de football association (FIFA) à accorder à l’Afrique la place qu’elle mérite dans la sphère du football mondial.

Du pain sur la planche pour la Confédération africaine de football (CAF) afin de faire le forcing nécessaire pour permettre une meilleure présence africaine dans cet évènement footballistique planétaire qu’est la Coupe du monde.