Il était une fois l’Afrique au Mondial: Tunisie 1978

A l’approche de la grande messe du ballon rond, nous continuons de nous remémorer les belles épopées de nos représentants africains au Mondial avec la 11ème édition de 1978 en Argentine. Pour la quatrième participation de l’Afrique, la Tunisie, menée par le ballon d’Or africain 1977 Tarak Dhiab, a représenté le «Continent-mère».

Une génération exceptionnelle



Tarak Dhiab, Temime Lahzami, Ali Kaabi, Attouga… vous vous en souvenez peut-être. Mais comment oublier les héros tunisiens de la fameuse épopée argentine de 1978.

Cette équipe constituée par un groupe de joueurs amateurs surdoués et dirigée par le jeune entraîneur Abdelmajid Chetali avait une fière allure : Attouga dans les buts et une défense qui allait chercher les arrières adverses. Les deux latéraux Dhouib et Kaabi montaient et remontaient inlassablement sur les ailes. Gasmi, Jendoubi et Jebali étaient intraitables dans l’axe.

L’entrejeu était animé par trois artistes exceptionnels : Tarak, Agrebi et Ghommidh. L’attaque était menée par les deux virevoltants dribbleurs Temime et Limam ainsi qu’un finisseur de belle stature : le grand Akid.

La qualification :

Le 11 décembre 1977 : Devant plus de 40.000 supporters en transe au stade olympique d’El Menzah, la Tunisie affrontait l’Egypte dans un match décisif dont l’enjeu était une qualification pour la phase finale de la Coupe du Monde qui se déroulera six mois plus tard en Argentine.

Au terme d’un match épique, les Aigles de Carthage parvinrent à infliger une véritable correction à leurs homologues égyptiens (4-1). Le peuple tunisien était aux anges. Pourtant cette joie euphorique a été estompée subitement quelques semaines plus tard par le régime autoritaire de l’époque qui a réprimé dans le sang le 26 janvier 1978 un mouvement populaire de revendications sociales.

La phase finale :

Le 2 juin 1978 :

Pour sa première participation, la Tunisie avait fait une forte impression en surclassant d’entrée le Mexique sur un score sans appel de 3 buts à 1. Ce fut un jour mémorable où l’on assista enfin au premier succès d’une nation africaine en phase finale de Coupe du Monde. L’honneur de l’Afrique est sauf et la débâcle du Zaïre en 1970 est jetée aux oubliettes… buts d’Ali Kaabi (55e), Néjib Ghommidh (79e) et Mokhtar Dhouib (87e).

Le 6 juin 1978 :

Grisées par leur fantastique succès face au Mexique, les Tunisiens tentèrent de rééditer leur exploit devant une équipe de Pologne forte de huit titulaires rescapés du match pour la 3ème place disputé face au Brésil lors de la précédente édition de la Coupe du Monde.

Après avoir défendu crânement leurs chances, les protèges d’Abdelmajid Chetali, bien que dominés physiquement par les Polonais ne s’inclinèrent que par un petit but d’écart (1-0). Une réalisation signée Grzegorz Lato à la 43ème minute.

Le 10 juin 1978 :

Pour se qualifier au 2ème tour, les Aigles de Carthage n’avaient besoin « que d’une victoire » face aux champions du monde en titre, l’Allemagne de l’Ouest.

Ce jour-là, les Tunisiens, euphoriques, ont livré le match de leur vie devant une assistance emballée par les prouesses techniques des Tarek, Temime, Agrebi… La Tunisie était proche de l’exploit n’eut été la barre transversale qui a repoussé un tir violent de Temime, décoché à la 67ème minute, sauvant l’Allemagne d’une élimination humiliante. N’est-ce pas Herr Sepp Maier ? (Gardien de but)

La Tunisie quitte la Coupe du Monde la tête haute. Son parcours exceptionnel a constitué un prélude pour les succès futurs de l’Algérie face à l’Allemagne (1982), du Maroc face au Portugal (1986) ainsi que la qualification du Nigeria en quarts de finale en 1996.

Cette performance a surtout poussé la FIFA à réserver à l’Afrique une deuxième place lors des prochaines éditions et a ouvert la voie aux succès futurs de nos représentants africains à la grande messe du football mondial.