Il était une fois l’Afrique au Mondial: Zaïre 1974

La crème du football mondial se retrouve une nouvelle fois pour fêter ses grands talents. Le coup d’envoi de l’épreuve phare du sport-roi sera donné ce dimanche 20 novembre au Qatar pour la 22ème édition de la Coupe du Monde.



A l’approche de ce grand rendez-vous, nous continuons de se remémorer les plus beaux souvenirs de nos représentants africains au Mondial avec la 10ème édition de 1974 en Allemagne de l’Ouest. Pour sa troisième participation, l’Afrique a envoyé le Zaïre, champion continental et premier représentant de l’Afrique noire.

Malgré une génération exceptionnelle de Léopards et deux sacres aux Coupes d’Afrique des Nations 1968 et 1974, le Zaïre a connu un été difficile en Allemagne. Dirigés par le charismatique technicien yougoslave Blagoja Vidinić qui avait mené le Maroc quatre ans auparavant au Mexique, les Zaïrois ont malheureusement essuyé trois cuisants revers, concédant 14 réalisations sans en marquer une seule.

Tristesse et déception

Il faut dire que les coéquipiers de Tshimenu Buanga, Ballon d’Or africain 1973, ont été confrontés à un groupe relevé en RFA avec le Brésil, champion du monde en titre, la redoutable formation de la Yougoslavie et les rugueux Ecossais de Kevin Dalglish.

Battus (2-0) pour leur entrée en lice, les Zaïrois ont été corrigés (9-0) lors de leur seconde sortie ! Pire encore que la correction infligée par Mohammed Ali à George Foreman à Kinshasa le 30 octobre de la même année.

Lors de leur troisième apparition face aux triples champions du monde brésiliens, les Léopards n’ont pas été mieux servis. Effrayés à l’idée de prendre une nouvelle raclée face aux Rivelino, Jairzinho et compagnie, les coéquipiers d’Etepe Kakoko se sont battus comme de vrais Léopards. Toutefois, ils finirent par s’incliner (3-0) face aux magiciens auriverde, qui termineront demi-finalistes de l’épreuve de 1974 (buts de Jairzinho 12′ ; Rivelino 66′ ; Valdomiro 79′).

Le coup-franc mythique de Mwepu Ilunga

A l’occasion de ce troisième match de la phase de poule, une séquence va marquer l’histoire de la compétition. En effet, et alors que les joueurs de la Seleçao se préparaient à tirer un coup franc, l’illustre défenseur central du TP Mazembe Joseph Mwepu Ilunga jaillit de son mur, se rue vers le ballon et tire de toutes ses forces pour le dégager, devant les yeux ébahis de Jairzinho, de Rivelino et de l’arbitre, tous trois médusés.

Il écope alors d’un carton jaune, provoquant la stupéfaction de ses partenaires ainsi que des 35000 supporters du Waldstadion de Francfort.

Si son geste mythique a longtemps été considéré comme une méconnaissance des règles ou à de la bêtise, il était en fait parfaitement volontaire. Ilunga a fini par expliquer qu’il cherchait à se faire expulser pour protester contre les dirigeants de la Fédération zaïroise de football:

« Je connaissais les règles, je n’avais aucune raison de continuer à risquer une blessure alors que ceux qui allaient profiter de l’argent étaient assis en tribunes à nous regarder. »

Quatorze buts encaissés, zéro marqué, c’est la pire prestation africaine en Coupe du monde. Physiquement et tactiquement dépassés, les rêves des Léopards se sont transformés en cauchemars. Il rentrent en juillet 1974 à Kinshasa dans l’indifférence générale et provoquant l’ire de Mobutu.