Anniversaire Nwankwo Kanu: le géant d’Owerri souffle ses 46 bougies

Redoutable buteur au gabarit impressionnant (1,97m, plus de 90 kilos du temps de sa splendeur) Nwankwo Kanu, alias «Papilo» fait partie du cercle très fermé des légendes du «Continent-mère» qui ont réussi à remporter le Ballon d’or africain à deux reprises, à l’instar des Didier Drogba, Roger Milla, George Weah et El-Hadji Diouf.





Doté de qualités techniques exceptionnelles, mêlées à une redoutable efficacité devant les buts, sa facilité et son aisance à accomplir les gestes les plus subtils malgré son physique imposant ont construit sa fame.

C’est dans sa ville natale à Owerri que le géant nigérian a débuté sa riche carrière longue de plus de vingt ans. D’abord sous les couleurs du Fed Works et ensuite avec Heartland, le club le plus prestigieux de sa région, avec lequel Kanu décrocha à seulement 17 printemps le titre de champion du Nigeria en 1993.

Le jeune prodige acheva l’exercice footballistique avec 15 réalisations dans son escarcelle et fut alors sélectionné avec les «Golden Eaglets» (surnom de l’équipe nationale nigériane des moins de 17 ans) pour disputer la Coupe du Monde de la catégorie au Japon.

Formant un duo d’attaque de feu avec son illustre compatriote Tijjani Babangida, « Papilo » mena alors son équipe vers le sacre mondial, en faisant parler la poudre à cinq reprises durant la compétition.

Photo: l’équipe du Nigeria U17, championne du Monde 1993

Alléchés par les prouesses du surdoué nigérian de 17 ans, les dirigeants de l’Ajax Amsterdam décident alors, sous les recommandations de Louis Van Gaal, de s’attacher ses services en août 1993.

Avec les Amstellodamois, l’enfant d’Imo va connaître une ascension fulgurante. Eclaboussant de son talent les pelouses néerlandaises et européennes malgré son jeune âge, il remporta trois titres de champion des Pays-Bas de 1994 à 1996 et décrocha la prestigieuse Ligue des Champions UEFA en 1995 face au grand Milan AC. Agé à l’époque de 20 ans, Nwankwo Kanu était l’un des jeunes talents les plus convoités du «Vieux Continent».

Photo: Nwankwo Kanu, vainqueur de la Ligue des Champions 1995 avec l’Ajax Amsterdam

L’homme aux 87 capes avec le Nigeria connaîtra l’année suivante sa plus grande émotion en équipe nationale en offrant à son pays l’or olympique lors des JO d’Atlanta en 1996.

Au sommet de son art, le champion olympique fut élu ballon d’or africain à seulement 21 printemps. Il rallia dans la foulée les rangs de l’Inter Milan et semblait promis à un avenir doré. Mais lors de son transfert en Italie les médecins du club milanais lui décèlent une anomalie cardiaque. Le diagnostic est formel : sans opération à cœur ouvert, Kanu ne pourra plus fouler de nouveau le rectangle vert !

Beaucoup le pensait alors perdu pour le foot, mais le roc nigérian s’est battu, a retrouvé son niveau après une longue période de repos, avant de rejoindre le « Royaume de sa Majesté » du côté d’Arsenal. Arrivé chez les « Gunners » sur la pointe des pieds, il en est parti en légende, avec son nom lié à jamais à la saison historique des invincibles.

En six saisons sous les ordres d’Arsène Wenger, il décrocha notamment deux titres de champion d’Angleterre (2002 et 2004) ainsi qu’une FA Cup (2002). Ses prouesses sur les terrains britanniques lui valurent le titre de «joueur africain de l’année» pour la deuxième fois de sa carrière.

Après deux nouvelles brillantes expériences au sein de la prestigieuse Premier League du côté du West Bromwich Albion (de 2004-2006) et Portsmouth (de 2006 à 2012), celui qui a défendu le maillot des Super Eagles pendant 17 années (1994-2011) fit ses adieux au football à l’issue de la saison 2010/2011.

Hommage au « géant d’Owerri » qui possède sans conteste l’un des plus beaux palmarès du football africain.

A lire aussi : >>Il était une fois l’Afrique au Mondial: Nigeria 1994



fr-FR